top of page
  • Photo du rédacteurLaure COTILLON

Les effets psychologiques de l'éducation (trop) stricte

(Dé)Construction de la confiance en soi à long terme et point de vue de l'enfant

 

Bon nombre de parents ou autres figures parentales estiment qu'une éducation dite stricte permettra à l'enfant d'être mieux éduqué et ainsi d'accéder à une meilleure réussite professionnelle, sociale, etc. Pour se faire obéir, l'autorité peut alors être confondue avec rigidité.
Or, de récentes études psychologiques et en neurosciences démontrent qu'un enfant se développera de manière plus saine, en acquérant plus d'autonomie, de responsabilités et de respect lorsqu'il est éduqué dans l'empathie.

Nous n'accepterions pas de subir certaines méthodes que pourtant nous imposons à nos enfants dans le but de se faire obéir. Ces méthodes, nous les rencontrons parfois dans le contexte du travail, et bien souvent nous nous y opposons (interdit, menaces, punition, chantage, etc.)

Une éducation trop stricte ou "à la dure" justifiant le fait de préparer l'enfant au monde qui l'entoure aura tendance à le mettre en situation d'opposition, de compétition, voire de violence.  

  • Manque d'auto-discipline et d'autonomie

Ce qui est imposé de force à l'enfant que ce soit par des interdits ou des limites, ne lui permet pas d'avoir des choix différents et ne provient pas de sa conviction profonde. En grandissant, l'enfant aura tendance à ne pas oser faire ses propres choix.

  • Autorité basée sur la peur

Les menaces de punition, le chantage seront la base de l'éducation et l'enfant aura tendance à reproduire et utiliser par la suite ce mode de communication axé sur la manipulation ou le mensonge par peur de la punition, ou pour obtenir ce qu'il souhaite.

  • Dépression et colère

Une éducation trop stricte aura tendance à dégrader l'estime et la confiance en soi et provoquera un réflexe d'auto-défense et de réactions agressives, notamment lorsque l'enfant ne comprend pas le sens de la punition.

  • "La raison du plus fort est toujours la meilleure"

L'enfant apprend à obéir, tel un robot sans apprendre à réfléchir, ou développer sa pensée, et ainsi se soumettre aux volontés de son entourage.

  • Rébellion 

La discipline stricte empêche l’enfant de développer son auto-régulation émotionnelle et les enfants sont donc plus exposés à des explosions de colère par exemple. Une fois adolescent et adulte, ils vont s’opposer à cette autorité et à ses symboles. L’éducation stricte freine le développement de l’intelligence émotionnelle.

  • Affaiblissement des liens

L'autorité stricte place les parents ou figures parentales dans un rapport de force avec l'enfant. Parent et enfant développeront alors carence affective et les liens entre eux risquent fortement de s'aseptiser à force de relations conflictuelles.

 L'EDUCATION STRICTE DU POINT DE VUE DES ENFANTS :

Selon les propos recueillis de plusieurs enfants entre 7 et 9 ans, l'éducation stricte et punitive procure :

- Sentiment d'injustice :
"Parfois les adultes font les mêmes bêtises ou les mêmes choses, et pour eux c'est normal, mais nous on nous puni"
ou 

"Parfois les adultes ils expliquent que pour eux on a fait pareil, mais c'est pas juste, parce que si eux ils étaient malheureux de ça, ils n'ont pas à faire la même chose sur leurs enfants"
ou 

"Parfois les punitions elles sont trop exagérées par rapport à la bêtise"
- Tristesse et incompréhension :

"Parfois on s'excuse et on le pense et on est quand même puni, ça fait mal au cœur"
- Colère :

"On n'a pas envie de faire d'efforts parce que de toutes façons on fera toujours mal"
ou

"Parfois on a envie de se venger"
- Carence affective :

"On a l'impression qu'on ne nous aime pas, et qu'on ne voudrait plus nous voir ou qu'ils (les parents) préfèreraient avoir un autre enfant"
- Manque de confiance :

"On a l'impression qu'on ne sait rien faire de bien quand on nous critique tout le temps"

Ainsi l'enfant aura tendance à agir comme un "robot" dans le seul but "d'avoir la paix", les conséquences en seront généralement des relations conflictuelles à l'approche de l'adolescence, pouvant perdurer à l'âge adulte mais également certaines failles narcissiques (régression d'amour propre et d'estime de soi). A l'âge adulte certains schémas inadaptés (croyances qui constituent la compréhension qu'une personne a d'elle-même) pourront être activés tels que sentiment d'abandon, carence affective, sentiment d'imperfection, d'échec, de culpabilité ou exigences élevées entre autres.

Une éducation plus axée sur :
- l'encouragement,
- la bienveillance,
- la confiance,
- les possibilités à la place des limites
- et l'écoute positive
(sans pour autant être laxiste ou permissive) permettra à l'enfant de développer sa confiance en soi, son intelligence émotionnelle, son autonomie, entre autres.

L'EDUCATION POSITIVE DU POINT DE VUE DES ENFANTS : 

Selon les propos recueillis de plusieurs enfants entre 7 et 9 ans, l'éducation positive procure :

- Joie :
"On passe des bons moments et on découvre plein de nouvelles choses"
- Confiance : 
"On se sent encouragé et on a envie de réussir ou de faire des nouvelles choses"
- Sérénité : 
"On se sent écouté et aidé quand quelque chose ne va pas"
- Autonomie : 
"On a pas peur de dire qu'on a fait une bêtise, on répare la bêtise, du coup on ne la refait pas"
- Dialogue : 
"On peut parler de tout (sauf les secrets et les gros mots), et ça fait du bien de pouvoir dire ce qu'on a sur le cœur"
- Gestion émotionnelle : 
"C'est plus facile d'expliquer les émotions et on n'est pas beaucoup en colère, ou ça dure pas très longtemps"




Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page